Il y a une chose qui nous faisait causer il y a quelques années, c'était la question du business model, mais à l'époque, YouTube, puis Facebook et Twitter n'avait qu'une seule réponse, d'abord attirer les utilisateurs.

Si aujourd'hui nous n'avons pas vraiment d'éléments pour juger la santé financière de YouTube ou Twitter, Reuters a annoncé cette nuit quelques chiffres qui n'ont pas été commenté par le réseau social.

La PME au 750 millions de membres aurait généré au 1er semestre 2011 la coquette somme de 1,6 milliards de dollars ce qui donnerait un bénéfice de 500 millions. Reuters rapporte également d'après des documents de Goldman Sachs que l'année dernière, sur 9 mois, Facebook avait généré 1,2 milliards de CA et 355 millions de bénéfice.

L'article précise que les profits proviendraient de l'affichage de publicité Facebook étant à l'origine de 30% du display aux Etats Unis au mois de juin mais aussi de la vente de biens virtuels via les social games comme Farmville.

La première nouvelle c'est que Facebook gagnerait vraiment de l'argent car au final rares sont ceux qui combinent un trafic important, une vraie fidélité des utilisateurs et revenus. Les couts liés au personnel et aux infrastructures ont donc été absorbés.

Facebook mène plutôt bien sa barque, évolue notamment suite à l'arrivée de Google+ mais devra à mon avis devoir imaginer de faire évoluer ses sources de revenus, les commentaires sur la qualité des campagnes n'est pas vraiment en sa faveur. Les sommes engagées étant importante, certains soulèvent un manque d'efficacité.

Facebook ne doit pas se reposer sur ses lauriers, Friendster ou MySpace ont aussi connu dans une moindre mesure un succès qui paraissait inébranlable, l'avenir nous dira si un réseau social peut vraiment durer dans le temps.